Accueil du site > Les mille et une nuits > Tome VIII > Histoire du marchand imprudent et de ses deux enfans

- Le conte précédent : Histoire du marchand devenu malheureux


Histoire du marchand imprudent et de ses deux enfans

SIRE, répondit le jeune intendant, un marchand fort riche était sur le point de faire un voyage. Son épouse était alors enceinte. Il lui promit de revenir avant qu’elle accouchât, lui fit ses adieux, et partit.
« Après avoir parcouru plusieurs pays, le marchand arriva à la cour d’un roi, qui avait besoin d’un ministre pour l’aider à gouverner et à défendre son royaume. Le marchand lui plut par son esprit et son intelligence : il lui proposa de rester à sa cour, lui donna sa confiance, et le combla de biens et d’honneurs. » Au bout de quelque temps, le marchand qui n’avait pu se trouver aux couches de sa femme, comme li le lui avait promis, désira d’aller la voir, et d’embrasser le fruit de leur union. Il en demanda la permission au roi, en l’assurant qu’il serait bientôt de retour. Le roi consentit à son départ, et lui donna une bourse qui contenait mille pièces d’or. Le marchand s’embarqua sans différer, et prit la route de son pays.
 » Cependant la femme du marchand accoucha, pendant son absence, de deux enfants jumeaux. Elle attendait impatiemment son mari, et s’étonnait de ne pas recevoir de ses nouvelles. Quelques années s’étant écoulées, elle apprit que son mari était attaché au service du roi de tel pays. S’imaginant qu’il l’avait oubliée, et qu’il ne reviendrait jamais chez lui, elle prit la résolution d’aller le trouver, et emmena avec elle ses deux enfants.
« Le vaisseau sur lequel était embarquée la femme du marchand, s’arrêta dans une isle où le marchand lui-même venait d’aborder. Sa femme ayant entendu dire qu’il y avait dans le port un vaisseau qui venait du pays où demeurait son mari, dit à ses enfants d’aller sur le rivage, et de demander quel était ce vaisseau. Les enfants avant trouvé le bâtiment, se mirent à jouer dessus sans penser à autre chose. Ils étaient si occupés de leur jeu, qu’ils laissèrent arriver la nuit, et ne songèrent, ni à s’acquitter de leur commission, ni à retourner auprès de leur mère.
« Pendant ce temps-là, le marchand reposait tranquillement dans le bâtiment. Éveillé par le bruit que faisaient les enfants, il se lève pour les faire taire, et laisse tomber sa bourse parmi des ballots de marchandises. Il la cherche longtemps, ne la trouve pas, se désespère, et s’arrache les cheveux. Il s’en prend alors aux enfants, et leur dit qu’ils avoient volé sa bourse ; qu’il n’y avait là d’autre personne qu’eux, et qu’ils ne jouaient autour de ces ballots que pour trouver l’occasion de faire quelque friponnerie. En même temps il saisit un bâton, et leur en donna plusieurs coups.
« Aux cris de ces pauvres créatures, les matelots s’assemblèrent, et dirent que les enfants de cette isle étaient tous des fripons et des voleurs. Le marchand, prévenu de plus en plus, et irrité contre ces innocents, jura qu’il allait les jeter à la mer s’ils ne lui rendaient sa bourse. En effet, dès qu’il eut prononcé ce serment, il les prit, les attacha chacun à une botte de cannes à sucre, et les jeta dans la mer.
« L’épouse du marchand, voyant que ses enfants ne revenaient pas, sortit pour les chercher. En passant devant ce bâtiment, elle demanda si quelqu’un n’avait pas vu deux petits enfants de tel âge, habillés de telle manière. On lui dit que ces enfants étaient, selon toute apparence, ceux qu’on venait de jeter à la mer. Cette femme se mit aussitôt à crier : « Ô douleur, ô désespoir ! Votre père, mes chers enfants, ne vous verra donc jamais ! »
« Un des matelots lui demanda qui était son mari. Elle nomma le marchand, et dit qu’elle était partie pour l’aller trouver. Le marchand l’entendit, et la reconnut aussitôt. Il sortit éperdu, déchira ses habits et se frappa le visage : « J’ai fait, disait-il, périr moi-même mes enfants. Voilà le fruit de mon emportement, de ma précipitation et de mon imprudence. »
« Le marchand après avoir longtemps pleuré ses enfants, prit la résolution de tout quitter pour tâcher de découvrir ce qu’ils étaient devenus. Il quitta le bâtiment sur lequel il était, et en prit un autre pour commencer aussitôt à parcourir les mers voisines, et à visiter toutes les isles et toutes les côtes.
« Cependant les enfants du marchand, soutenus heureusement sur les flots par les bottes de cannes à sucre auxquelles ils étaient attachés, furent poussés par le vent sur différents rivages, après avoir été longtemps le jouet des vagues. L’un d’eux, jeté sur les côtes d’un royaume voisin, fut recueilli par un des principaux émirs de la cour, qui en informa aussitôt le roi. Ce prince, qui n’avait pas d’enfants, fut charmé de la figure de celui que le hasard lui présentait, et résolut de le faire passer pour son fils. Il ordonna à l’émir de ne rien divulguer de cette aventure, et fit répandre le bruit qu’il avait, jusqu’à présent, caché soigneusement la naissance de son fils, et qu’il l’avait fait élever secrètement pour le soustraire à certains dangers dont il était menacé par les prédictions des devins.
« La chose fut crue d’autant plus facilement, que le roi fit distribuer beaucoup d’argent parmi le peuple, et ordonna à cette occasion de grandes réjouissances. On fit paraître le jeune homme en public. Chacun fut enchanté de sa bonne mine, et il fut reconnu solennellement pour héritier de la couronne.
« Au bout de quelques années le roi mourut, et le jeune homme lui succéda. Sa puissance s’affermit bientôt par sa bonne conduite : il se fit aimer de ses sujets, et respecter de ses voisins.
« Le marchand et son épouse après avoir longtemps parcouru les mers sans pouvoir apprendre aucune nouvelle de leurs enfants, perdirent tout espoir de les retrouver. Ils crurent qu’ils avoient été engloutis par les flots, et fixèrent leur séjour dans une isle.
« Un jour que le marchand se promenait sur la place publique, il vit un jeune esclave que le crieur allait mettre en vente. Il s’informa de son âge, et lorsqu’il l’eut appris, il dit en lui-même : « Mes fils auraient précisément le même âge ; j’ai envie d’acheter ce jeune esclave pour me consoler un peu de leur perte. » Il l’acheta en effet, le mena chez lui, et le présenta à sa femme. Celle-ci fit un cri en le voyant, et dit : « C’est un de mes enfants ! » Le marchand et sa femme transportés de joie d’avoir retrouvé un de leurs enfants, lui demandèrent aussitôt des nouvelles de son frère. Il leur dit que les flots les avoient séparés, et qu’il ne savait ce qu’il était devenu. Cette nouvelle les affligea ; mais ils conçurent l’espoir de retrouver l’autre un jour, comme ils avoient retrouvé celui-ci.
« Le fils que le hasard venait de rendre au marchand, était déjà grand, et dans l’âge de prendre un état. Ils auraient bien voulu qu’ils ne s’éloignât pas d’eux ; mais son goût l’entraînait vers le commerce. Le marchand lui acheta un fonds considérable, composé des marchandises les plus précieuses. Le jeune homme partit, et arriva par hasard dans la ville, où le roi son frère faisait sa résidence.
« Le roi informé de l’arrivée d’un marchand, pourvu des objets les plus rares, et qui pouvaient le mieux convenir à un souverain, l’invite à venir dans son palais, le fait asseoir, et s’entretient avec lui. Quoiqu’il ignorât qu’il fût son frère, la nature, qui ne laissait pas que d’agir, lui fit conce- voir un secret attachement pour lui. Il lui proposa de rester à sa cour, lui promit de l’élever aux plus grands honneurs, et de lui donner tout ce qu’il désirerait.
« Le jeune marchand, flatté de l’accueil du roi, accepta ses offres. Au bout de quelques temps, voyant que le roi ne voulait pas qu’il s’éloignât, il informa son père et sa mère de ce qui lui était arrivé, et les engagea à venir le trouver. Ils se rendirent auprès de leur fils, et furent charmés de voir la faveur dont il jouissait, et le rang auquel le roi l’avait élevé. Un événement imprévu vint bientôt troubler leur joie et leur causer les plus vives alarmes.
« Le roi sortit un jour de sa capitale pour chasser, accompagné seulement de quelques personnes. Sur le soir, ne voulant pas rentrer encore dans la ville, il fit dresser une tente au milieu de la campagne, et ordonna qu’on lui servît à manger. La fatigue et l’exercice excitant son appétit, il s’abandonna aux plaisirs de la table, but plus qu’il n’avait coutume, et se laissa presqu’aussitôt aller au sommeil.
« Le jeune favori voyant son maître dans cet état et mal accompagné, craignit pour la sûreté de sa personne. Il voulut passer la nuit devant sa tente et lui servir de garde. Sur-le-champ il se lève, tire son épée, et se met en sentinelle devant la tente du roi. Un des pages, jaloux depuis longtemps de sa faveur et de la confiance que le roi avait en lui, le voyant ainsi l’épée à la main, lui demanda ce qu’il faisait là à l’heure qu’il était, et au milieu d’une campagne aussi tranquille. « Je veille, répondit-il, à la sûreté du roi. Ses bontés à mon égard me font un devoir de craindre pour lui, lors même qu’il paraît n’y avoir rien à craindre. »
« Le lendemain matin le page raconta à plusieurs de ses camarades l’action du favori : elle augmenta leur haine, et ils crurent avoir trouvé l’occasion de le perdre et de se débarrasser de lui. Dans ce dessein, ils se présentèrent devant le roi. L’un d’eux lui dit qu’ils avoient un avis de la plus haute importance à lui donner. « Quel est-il, dit le roi ? »
« Ce jeune marchand, continua le page, qui a l’honneur d’approcher si souvent de votre Majesté, et que vous avez élevé au-dessus de tous les seigneurs de la cour, a formé le dessein d’attenter à votre vie. Nous l’avons vu hier soir, tenant une épée nue a la main, et épiant je moment de se jeter sur vous. »

- Le conte suivant : Histoire d’Abousaber, ou de l’homme patient